NEW YORK VIP
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
Voir le deal
8.99 €

 

 Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeMar 3 Juin - 0:11

Il était 19h et Sarah venait de pousser la porte de l'appartement. Il n'y avait personne comme d'habitude. Elle posa son manteau dans l'entrée et son sac sur la table du salon. Elle en sortit son téléphone - objet indispensable de la jolie demoiselle - et constata qu'elle avait un appel en absence de se mère. Elle ne chercha même pas à la rappeler et déposa son téléphone à côté de son sac. Elle ouvrit le frigo et attrapa une bouteille d'eau qu'elle s'empressa de boire. Elle avait passé la journée à courrir dans tous les sens. Un café, une paire de chaussures, un stylo, un papier. A croire que ces journalistes ne savent pas se servir de leurs dix doigts. Elle était stagiaire mais pas larbine et cette situation l'énervait au plus haut point. Elle attendait depuis quelques jours une réponse du New York Times pour poursuivre son stage. Les journaux à scandales n'étaient définitivement pas sa tasse de thé alors que le NY Times était d'un niveau nettement plus décent et bien plus reconnu sur un CV que ce tissu de mensonges.

La jeune femme se fit ensuite chauffer de l'eau pour se préparer un bon thé et pendant que la bouilloire chauffait elle alla dans la salle de bain où elle se fit couler un bon bain chaud avec des huiles essentielles dedans. Ce soir elle se faisait plaisir et du bien. Cela faisait tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas fait qu'elle avait presque oublier comment ça marchait mais comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Entendant la bouilloire siffler à la cuisine elle y retourna et prépara son doux mélanges de plantes et de fruits. Sa tasse dans la main elle retourna à la salle de bain où ses vêtements tombèrent rapidement au sol. A peine un pied posé dans l'eau qu'elle ressenti une vague de chaleur la parcourir. Elle se laissa glisser dans ce bain chaud et relaxant et ferma les yeux, se laissant bercer au rythme de l'eau qui coulait encore.

30 minutes plus tard la jolie jeune femme entourait une serviette blanche autour de son corps divin et se dirigeait vers sa chambre. Elle avait décidé pendant son bain qu'elle sortirait ce soir. Elle ne travaillait que l'après-midi le lendemain et pourrait faire la grasse matinée alors pourquoi ne pas sortir un peu et faire des rencontres. Cela faisait quelques semaines qu'elle était à New York et à part son frère elle ne voyait pas grand monde. Ses collègues ne comptent pas vraiment à part peut-être une assistante ou deux. La jeune femme n'allait pas pour autant s'empêcher de sortir et de vivre. Elle n'avait pas peur de sortir seule et savait parfaitement se défendre donc il n'y avait aucun problèmes à ce niveau.

Miss Miltonfine enfila un peignoir en coton après avoir mit ses sous-vêtements et alla se preparer un petit dîner. Christophe ne rentrerait sûrement qu'au petit matin et elle n'allait donc pas se préoccuper de lui. Bien évidemment elle aurait bien aimé le voir plus souvent, dîner avec lui et papoter comme ils l'avaient fait au Starbucks il y a de ça quelques jours. Si elle était venue à New York c'était en partie pour le retrouver mais bon on ne choisit pas tout non plus...
Elle se prépara une assiette de crudités qu'elle picora devant un bon film qui passait sur le cable. Elle prenait son temps car il n'était que 22.30 et elle avait encore le temps de se préparer pour ensuite aller au Famous Hall. Elle était déjà allée là-bas une fois et elle savait donc qu'il n'y avait vraiment de l'ambiance qu'à partir de 1h du matin et pas avant et ce même en semaine. Elle traînait donc sans que la fatigue ne se fasse pour autant ressentir. La jeune femme ne sortait pas plus que ça alors elle n'avait pas de problèmes de sommeil. Les seules fois où elle dormait peu c'est quand elle passait ses nuits au téléphone avec ses amis qui vivent en Europe, décalage horaire oblige...

Vers 23.30 la belle alla se préparer tranquillement. Elle passa de la crème sur son corps puis se débarassa de son peignoir. Elle était en sous-vêtements devant son armoire et un énorme dilemne se posait à elle. Qu'allait-elle mettre ce soir? Une jupe ou un pantalon? Un débardeur ou une robe. Finalement après de nombreux essayages elle opta pour un short à revers de couleur marron qu'elle porterait avec un haut blousé beige. Elle chaussa ses chaussures à talons compensés puis alla se maquiller légèrement. Aux alentours de 00.30 elle était enfin prête. Elle composa le numéro d'une compagnie de taxis car le night club était à l'autre bout de la ville et la jeune femme préféré un taxi plutôt que marcher, logique à 00.30 me direz-vous. Le taxi arriva aux alentours de 00.45 et elle put enfin aller s'amuser, danser et boire un verre.

Elle n'avait pas l'âge légal pour rentrer dans cette boîte, elle n'avait même pas cherché à faire une fausse carte d'identité. Les videurs la connaissaient très bien et savaient que si la jolie demoiselle se voyait refuser l'entrée il se pourrait que le club ait une mauvaise pub... Elle ne ferait rien mais Chris pourrait donc personne ne prenait le risque de la refuser. Elle déposa un léger baiser sur la joue du videur en passant devant tout le monde et rentra dans le club. Sa première impression fut une énorme bouffée de chaleur et c'est le sourire aux lèvres qu'elle se dirigea vers le bar. Elle passa derrière le bar sans se soucier de quoi que ce soit et alla se mettre derrière le barman qui était occupé à préparer un cocktail.
On ne vous l'avez pas dit? Sarah travaille occasionnellement dans ce club. Elle avait une fois proposé son aide et finalement elle vient une ou deux fois par semaine pour faire le service mais ce soir elle était là pour profiter. Elle voulait juste saluer son meilleur coup depuis qu'elle était à New York...

- Salut beau gosse... dit-elle en l'embrassant sur la joue

- Sarah Miltonfine. C'est sympa que tu donnes signe de vie de temps en temps! Comment va ton frère?

- Il va bien et moi aussi si tu te posais la question, dit-elle avec une pointe d'ironie dans la voix.

La jeune femme adorait son frère plus que tout mais elle ne supportait pas qu'on lui parle de lui alors qu'on ne le connait pas. Le serveur l'avait vu une ou deux fois pas plus et il ne savait de lui que ce que l'on raconte dans les journaux. Sarah, il avait couché avec elle, il avait parlé avec elle mais à chaque fois c'est Chris qui a la priorité, c'est à se poser des questions sur les tendances du charmant barman...
Alors qu'il allait répondre elle vit arriver un groupe de garçons au bar et décida de filer un coup de main rapide. En 10 minutes elle avait réussi à servir ces "animaux assoiffés" et avait récupéré un ou deux numéros de téléphone. Elle n'avait même pas pris la peine de les regarder et les avait mis dans la poubelle sous le bar de façon discrète. Elle allait aller profiter de sa soirée quand elle vit un homme acoudé au bar et décida se s'occuper de lui avant d'aller danser un peu.

- Bonsoir, je vous sers quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Mike Anderson
Who am I really ?
Mike Anderson


Nombre de messages : 150
Job : Acteur
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 21/12/2007

VIP Index
Côté Coeur: Personne ne l'a touché, il est toujours intact !
Côté Lit: Les new-yorkaises sont mon plat préféré ... Un certain new-yorkais aussi d'ailleurs !
VIP Appeal:
Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Left_bar_bleue80/100Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty_bar_bleue  (80/100)

Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeMar 3 Juin - 19:36

Aujourd’hui, le tournage fut bref et tant mieux. Un problème technique était survenu à cause des caméras. En fait Mike n’avait pas suivi énormément l’affaire, il était parti dormir dans sa loge en attendant qu’on le rappelle pour finir ses scènes. Depuis qu’il avait commencé le film, il dormait peu, se levait aux alentours de 8-9h du matin pour finir vers 22-23h. Il passait sa vie dans les studios entre jouer la comédie, manger, dormir, se laver … Bref, tout ce qu’il faisait chez lui. Sauf que dans son duplex, il n’était pas payé. Et là, avec son superbe contrat, son compte en banque allait se régaler de la jolie somme. Puis, malgré les altercations avec le producteur, tout ne se passait pas trop mal. Le texan n’était pas toujours là en plus, alors ses journées d’absence signifiaient de véritables bonheurs à ses yeux. La suite du premier opus de Punition était palpitant, même à tourner, plus corsé et plus gore aussi. Et pour ménager le suspense, plusieurs fins possibles sont tournées afin qu’il n’y ait aucune fuite sur Internet ou chose du genre. Rien de pire que de savoir la fin d’un film où il y a un certain suspense. Et en dehors du tournage, Anderson s’amusait plutôt bien. Les mecs qui jouaient avec lui étaient sympas et ils passaient de bons moments ensembles. Quant aux filles, une avait retenue son attention. Sandra était une jolie jeune femme aux formes plus qu’appréciable qui lui avait fait du charme dès le jour qu’ils ont reçu le scénario. Mariée certes mais une bague n’empêchait pas grand-chose. Lui n’avait rien demandé, elle l’avait cherchée durant les premiers jours et vu qu’il n’est qu’un homme qui sortait peu à cause des longues journées, le manque s’était fait sentir. Dans ces cas là, dur de résister à une belle créature qui vous fait de subtiles avances à chaque fois qu’elle en a l’occasion. Mike Anderson dans le rôle de l’amant caché, original. Mais aujourd’hui, il voulait dormir, avait refusé qu’elle vienne avec lui dans sa loge et s’endormit tranquillement dans son lit en attendant que les choses reprennent son cours.

Sauf qu’aux alentours de 17h, soit plus de trois heures après la panne, il n’y avait toujours rien. Un des assistants de plateau informa Mike que sa journée était finie et que ses scènes qu’il devait tourner aujourd’hui serait remise à plus tard. Excellente nouvelle pour l’acteur qui se leva, s’habilla confortablement et rentra chez lui dans la voiture de son manager, Al. Ce dernier était toujours à Los Angeles pour régler quelques affaires mais appelait régulièrement son protégé pour savoir comment il se portait. Un joli coupé lui a donc été confié et même si c’était un fou du volant, Anderson faisait gaffe à ne pas abîmer le bébé à son agent ! Chez lui avant que le soleil se couche, Mike appréciait son duplex cosy et cela lui donna envie de faire une soirée sur le canapé à zapper devant la télévision … bref, glander comme pendant la période où il n’avait pas tourner de film. Alors le voila affalé de tout son long à aller de chaîne en chaîne tout en se détendant totalement. Il fit cela jusqu’à ce que son estomac crie famine, aux alentours de 22h. Bon cuisinier mais flemmard il se sortit un petit truc du frigo à mettre dans le micro-ondes. Mike n’aimait pas cuisiner pour lui seul, du temps perdu à l’ère où on peut être un cordon bleu en foutant un plat dans le micro ondes. Mangeant ses lasagnes devant une émission de télévision idiote où des couples venaient régler leurs problèmes devant un public, son portable se mit à sonner. C’était Antony White, son compagnon de fêtes qui l’invitait au Famous Hall. Il n’y était pas encore, à une soirée mais il irait aux alentours de 00h30 – 1h. Ca laissait le temps au jeune homme de finir tranquillement de manger, de savoir comment allait se terminer le couple dont le mari adorait se travestir certains soirs dans des clubs prévus à cet effet.

A 23h45, il daigna enfin éteindre sa télévision, direction la douche pour se faire tout beau. Puis le choix de la tenue. L’avantage d’être connu c’est que quoi qu’on porte, on entre malgré tout. Pour ne pas galérer longtemps, le jeune homme prit un t-shirt gris foncé en col V et un jean noir. Simple, basique mais très seyant. Dernier passage dans la salle de bain pour se coiffer et mettre un peu de parfum, il était fin prêt. Une veste noire pour coordonner, le voila fin prêt à aller faire la fête. Jusqu’à changement de dernière minute, il ne commençait pas avant l’après midi. Tant mieux, il pourrait revoir son cher Antony et faire les fous jusqu’au petit matin, peu importe s’il avait la tête dans le cul lors de la reprise du tournage. Son portable et ses clés en main, le voila parti, pouvant se la péter en conduisant son coupé, enfin celui de Al. Pas mal comme voiture en fait même si elle n’était pas vraiment faite pour New York. Dans ce genre de boîte, on vous gare votre voiture, ce qui évite de tourner durant des heures à la recherche d’une place. Il n’était pas loin de 1h, oui il avait pris son temps sans oublier la vaisselle et tout. Pas de Antony à l’horizon. Après avoir laissé sa veste au vestiaire, il ne garda que son portable sur lui et d’ailleurs un texto de son ami pour prévenir qu’il serait en retard. Tant pis, il s’installait au bar et commanderait un verre en l’attendant. Les garçons à côté de lui n’arrêtaient pas de reluquer la barmaid. Lui ne jetait même pas de coups d’œil, il attendait qu’elle vienne prendre sa commande.

Franchement elle est trop bonne la nana.

T’as aucune chance avec elle, il lui faut un type comme moi.


Mike sourit de manière moqueuse aux paroles prononcées avant de les regarder. Aucun d’eux ne cassaient des masses, il ne restait qu’à voir la serveuse. D’ailleurs celle-ci vint vers lui et se retournant pour la regarder, il ne put s’empêcher de penser que les garçons avaient raison, elle était très belle.

Bonsoir. Alors ce que disent certain est vrai, il y a une très charmante barmaid ce soir.

Le tout accompagné d’un sourire charmeur, Mike disait les choses comme il les pensait, pas besoin de faire des tonnes, ce n’est pas comme ça que les filles tombent dans vos bras. Enfin, il n’y pensais même pas à cet instant, n’avait vu cette jeune fille que quelques secondes, pas de quoi faire des plans sur la comète.

J’prendrais un whisky s’il vous plait. Et si vous voulez m’accompagner, y a pas de soucis, Mademoiselle … ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeMer 4 Juin - 21:06

Sarah aimait beaucoup faire le service dans cette boite de nuit. Elle y rencontrait de nombreuses personnes - célèbres ou non - et elle pouvait boire ce qu'elle voulait sans qu'on lui demande sa carte d'identité. Mais après tout elle connaissait presque tout le monde dans cette boite et savait que quand elle venait elle se faisait plaisir et faisait plaisir aux clients qui commandaient. Quand une jolie fille est derrière le bar il y a tout de suite plus de monde qui vient pour voir et boire donc forcément ça fait tourner le commerce et c'est parfaitement ce que les patrons de la boite veulent. Elle ne se laissait pas pour autant exploiter pour son corps, elle gagnait quand même un peu d'argent en plus de son stage ce qui lui permettait de vivre honorablement et pas forcément au crochet de ses parents ou de son frère.

Elle venait d'entendre ce que ces jeunes au comptoir venait de dire et franchement il n'y avait aucune chance qu'elle finisse dans le lit de ces garçons. Elle préférait les hommes, les vrais et surtout quand ils ont quelques années de plus qu'elle. Les gars avec des têtes d'ados prépubères ne la tentait que très peu. Elle s'approcha de ces garçons et se pencha vers eux et parla suffisamment fort pour qu'eux seuls entendent.

- Je préfère les filles donc pas la peine de chercher à me séduire vous me faites ni chaud ni froid... Passez quand même une bonne soirée et les verres c'est pour moi!!

La jeune femme adorait faire ce genre de blague même si ça n'en était pas toujours une. Non non elle n'aime pas les femme mais parfois elle utilise vraiment cette excuse pour se sortir d'une situation embarrassante. Elle ne l'avait pas utilisé souvent mais pour le moment elle avait eu de la chance car aucun gars n'avait répondu qu'il adorerait participer ou regarder ses ébats avec une femme. Elle ne sortait pas souvent cette excuse mais là elle avait envie de d'exciter l'imagination de ces garçons sans pour autant attérir dans leurs lits. Elle passa un coup de chiffon avec le sourire sur le bar et se consacra enfin à son dernier client de la soirée.

Elle ne put s'empêcher de sourire à sa remarque et constata qu'il s'agissait de Mike Anderson. Bien évidemment elle le connaissait et se souvenait de la conversation qu'elle avait eu avec son frère. Il semblait indécis quant à sa sexualité mais si Sarah en avait l'occasion elle le ferait devenir et rester hétéro. Il avait tout ce qu'elle voulait: une belle gueule, un corps à damner, un sourire terrible mais Sarah aimerait aussi en savoir plus sur lui. Elle ne le faisait pas pour son boulot mais pour elle-même. Elle avait craqué sur lui en le voyant défiler sur certains tirages du magazine sans savoir qui il était. Elle ne se fiait pas à ce que disait le journal mais plutôt à ce que les gens disent. Elle s'était fait une opinion sur lui malgré tout, chassez le naturel il revient au galop. Elle le voyait comme un séducteur mais qui a de la classe et de l'allure et non un dom juan des bas étages. Il porte cette classe sur lui et elle ne pouvait que craquer sur ce bel appolon.

- Merci pour le compliment... Et contrairement à ce que je leur ai dit je n'aime pas les filles, seulement en tant qu'amies. C'était tellement tentant que je n'ai pu m'empêcher de les décevoir, dit la jeune femme avec un sourire espiègle et charmeur sur son visage.

Elle n'était pas une chasseuse ni une séductrice. Si elle charmait c'était avec son naturel et si elle ne charmait pas tant pis elle aurait au moins tenté son coup. Elle entreprit de lui servir sa commande tout en le regardant mais elle dut obligatoirement se retourner pour mettre la dose de whisky. Elle sentait son regard sur elle et en fut flattée mais tâcha de ne pas le montrer.

- Voici votre whisky Monsieur Anderson. Je m'appelle Sarah et si vous avez le moindre désir je m'occuperai personnellement de votre demande.

Elle n'allait pas jouer celle qui ne le connait pas même si en fait elle ne le connaissait pas. Mais cet homme est un client habitué selon ses patrons et un client qui peut laisser de jolies sommes d'argent alors il faut s'occuper d'eux comme on s'occuperait de rois. La jeune femme fit un doux sourire à Mike et entreprit de passer de l'autre côté du comptoir après s'être servi une flûte de champagne. Elle ne ferait pas de mélange ce soir et le champagne est le seul alcool qui ne lui donnait pas mal à la tête donc pas d'hésitations possible. Après avoir salué le barmaid elle fit le tour et rejoignit Mike tout en s'asseyant à côté de lui.

- Je ne suis pas une barmaid attitrée, je ne fais que quelques dépannages mais vous satisfaire ne me dérange en aucun cas. Peut-être préférez-vous le coin VIP qui est plus tranquille?

Le discours de la jeune femme pouvait être pris à double sens et Sarah ne pouvait s'empêcher de jouer sur les mots. Elle se pencha légèrement vers son interlocuteur, cogna légèrement son verre contre celui du jeune homme et porta la flûte à ses lèvres.

- A cette magnifique soirée à venir...

Elle ne lui avait pas donné son nom de famille. Elle ne le ferait que si elle le jugeait nécessaire. Parfois elle le disait automatiquement et parfois non. Là elle n'avait aucune envie qu'il s'intéresse plus à Chris et à participer à son émission plutôt qu'à elle... Il faut savoir faire des choix parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Mike Anderson
Who am I really ?
Mike Anderson


Nombre de messages : 150
Job : Acteur
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 21/12/2007

VIP Index
Côté Coeur: Personne ne l'a touché, il est toujours intact !
Côté Lit: Les new-yorkaises sont mon plat préféré ... Un certain new-yorkais aussi d'ailleurs !
VIP Appeal:
Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Left_bar_bleue80/100Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty_bar_bleue  (80/100)

Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeSam 21 Juin - 16:27

C’était la première fois que Mike voyait cette jeune femme au Famous Hall et c’était bien dommage. Très jolie, gracieuse et n’ayant pas la langue dans sa poche, elle avait tout l’air de ce genre de filles qui ne venait pas de New York mais qui faisait son petit trou avec son naturel, pas comme la plupart de ces filles qui se la jouent superficielles. Un exemple ? Il n’y avait qu’à se tourner vers la piste de danse, la plupart portaient des talons hauts vertigineux et elles n’avaient qu’une envie : les enlever. Toutes dans des vêtements super chers qui prenaient tout leur salaire restant après le loyer. Alors pour vivre après, il fallait se priver ou trouver des garçons généreux pour leur offrir des verres, des entrées en boîte et si on prolonge la relation, de quoi un peu mieux vivre et même d’autres vêtements ! Bref, la plupart des new-yorkaises étaient des filles ne se fiant qu’à la marque de votre jean et votre performance au lit. Point. Mike venait de la campagne et avait eu du mal à comprendre un peu cette ville en y arrivant, même après avoir vécu à L.A. quelques années. La Côte Est et Ouest semblaient deux mondes à part, tellement différents. Cela n’empêchait pas l’acteur de sortir avec ces filles là, il rentrait dans leur jeu. Elles se faisaient belles pour lui et il leur payait une excellente soirée avec un petit tour dans son duplex, ou dans leur appartement, tout dépend des soirs. Jamais rien de sérieux de toutes manières, il se sentait beaucoup mieux tout seul même si sa famille lui répétait sans cesse qu’il pourrait commencer à songer à se caser. Mais non, il n’en avait aucune envie … Bref, revenons à la barmaid. Elle recala les deux garçons à côté de lui en disant aimer les femmes. Quel gâchis pour la gente masculine mais après tout, à New York, tout le monde, ou presque, possède une sexualité débridée alors il n’y avait rien de choquant à cela. Les deux jeunes semblaient déçus et partirent du bar après avoir eu leur consommation. C’était donc à son tour de se faire servir par la demoiselle. Même si elle était lesbienne, rien ne lui interdisait de la regarder, ce serait toujours ça de pris. Fine et jolie, elle semblait plutôt jeune, début de vingtaine, mais une véritable joie de vivre. Enfin, c’était ce qu’elle dégageait de son attitude, sa façon de marcher derrière le comptoir et la manière dont elle vint vers lui. Pas de doute, elle l’avait reconnue. Enfin, le visage d’Anderson ne passait jamais inaperçu. Les magasines le qualifiait de « beau gosse à la belle gueule », les gens ne cessaient de le complimenter et vu le nombre de filles qui lui tournaient autour, difficile de faire celui qui se trouvait laid, juste que lui s’en moquait. Mieux, il ne comprenait pas pourquoi il faisait autant d’effet alors qu’il y avait tant d’autres beaux mecs dans cette ville !

La phrase de la jeune femme le fit sourire. Elle usait d’un subterfuge pour faire fuir les gros lourds. Pas bête, pas toujours évident d’être du sexe féminin dans cette ville où certains mecs pouvaient se montrer un peu trop entreprenants, croyant que toutes les filles leur sont acquis. Il lui fit un large sourire amusé tout en continuant de la regarder lui servir son verre. L’acteur n’était pas du genre à fixer les gens, juste à les observer sans paraître trop insistant. Ca lui plaisait de détailler les gens comme pour se souvenir d’eux. Et puis quand une jeune femme se posait dans son champ de vision, il était cruel de détourner son regard sans raison apparente. Homme franc et ne tournant pas autour du pot, il faisait les choses comme il les sentait, sans se forcer à faire des courbettes. Au pire il restait silencieux. Voila Sarah, doux prénom de la demoiselle, revenant avec son verre qui avait décidé de s’occuper personnellement de lui. Alors là, il ne dit jamais non à une jolie fille qui semblait décider et jolie avec ça !


Merci Sarah. Je ne vais pas vous contrarier si vous voulez vous occuper d’moi, mais c’est vraiment parce que vous insistez !

Ce serait criminel de laisser passer l’occasion de passer un peu de temps avec une jolie jeune femme, même si normalement l’ami de l’acteur ne devrait plus tarder à arriver. Vu qu’Antony n’était pas là pour le moment et qu’il serait apparemment en retard, il ne fallait pas refuser la compagnie d’une demoiselle aussi charmante qui fit le tour du comptoir pour s’installer à côté de lui, une coupe de champagne à la main, LA boisson par excellence vu qu’elle ne donnait que quelques bulles dans la tête si on en abusait un tout petit peu. Il fallait vraiment en boire pour perdre le contrôle de soi même. Lui n’incitait pas à la consommation, il laissait les gens boire à son rythme. La revoilà à ses côtés, il pouvait la voir pied en cap mais ne fit pas comme certains pervers qui vous détaillent de haut en bas, juste constata que le reste de son corps allait à merveille avec son joli minois, ce qui était parfait. Il continua à sourire largement face aux propos de la jeune femme qui pouvait se traduire sous plusieurs angles selon là où on se posait. Là, c’était sûr qu’elle n’était pas new-yorkaise vu qu’il avait eu la même attitude en arrivant dans cette ville, la notoriété en plus dirons-nous. Avant de répondre à sa question, il fit entrechoquer les verres l’un contre l’autre avant de boire une petite gorgée.

A cette soirée. Je préfère rester ici pour le moment, j’attends un ami qui tarde à arriver et …

Son portable se mit à vibrer à cet instant. Un SMS de son ami où il disait qu’il espérait que l’acteur ne soit pas arrivé car il ne viendrait pas vu qu’il avait croisé sur la route une demoiselle bien sympathique … Vous avez compris, Antony posait un lapin à son ami, Mike ne verrait pas son pote ce soir. Heureusement que Sarah se tenait à ses côtés après il aurait été entouré de fans ou de gens qui adoraient se montrer avec des stars pour prétendre qu’ils sont amis alors qu’il n’en ait rien du tout. Remettant son portable dans sa poche, il secoua la tête en levant les yeux au ciel pour reprendre sa phrase.

Non, finalement je suis tout seul ce soir … enfin avec vous, si vous voulez rester à mes côtés ! Au cas où vous auriez d’autres dépannages à faire ou d’autres satisfactions à remplir. Sait-on jamais avec les demoiselles de New York, même si je suis sûr que vous n’êtes pas d’ici. J’me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeMar 26 Aoû - 14:40

Sarah n'était pas la jeune femme typique New Yorkaise. D'un elle ne passait pas sa vie dans les boites de nuit et de deux elle ne misait pas tout sur le paraître. Parfois savoir plaire aux gens et se faire accepter grâce à ce que l'on a dans la tête est la meilleure chose à faire. Sarah Miltonfine était tout à faire comme cela, elle n'ouvrait la bouche que quand elle avait quelque chose à dire qui tenait debout et non pour déblatérer sur un sujet qu'elle ne connaissait pas ou qu'elle ne maitrisait pas suffisamment. Du coup elle ne s'habillait pas pour charmer ou pour donner l'impression de faire partie de la haute société mais tout simplement parce qu'elle ne pouvait pas sortir nue, parce qu'elle n'était pas du genre exhibitionniste ou encore parce qu'elle aimait ce qu'elle portait et elle le faisait pour elle et elle seule. La tenue qu'elle portait ce soir par exemple. Elle l'avait trouvée dans une petite boutique qu'elle appréciait à New York. Elle l'avait achetée dans cette boutique parce qu'elle lui plaisait et qu'un short sublimait ses jambes assez fines mais assez longues à son goût. On se met en valeur comme on peut et Sarah se servait de ce que la nature lui avait donné, nul besoin de se faire retoucher avec botox et bistouri. Le naturel est le meilleur atout d'une femme et ça chacune devrait le savoir. Quant à porter de hauts talons la jeune femme n'avait aucun problème avec ça car elle en porte en permanence et ses mollets musclés le prouvent. Elle supporte de rester sur des talons de 10 cm maximum, après ça reviendrait tout bonnement à de la torture et ne pas pouvoir profiter d'une soirée à cause de cela frôle le ridicule.

Quand Sarah avait débarqué à New York elle n'imaginait pas que tout ce qu'elle prévoyait de faire ne se passerait pas comme prévu. Après tout la vie est semée d'embûches mais de là à se retrouver dans un journal à scandales à servir des cafés et être la larbine des journalistes en titre n'était pas vraiment dans les plans de la jeune Miltonfine. Mais elle ne comptait pas rester dans son coin à attendre que ça passe. La jeune femme préférait parfois y aller au culot ou tout du moins tenter d'avoir ce qu'elle veut par la méthode douce et ça avait toujours marché jusqu'à aujourd'hui. Nul besoin de faire du tapage pour se faire remarquer mais bon en même temps elle préférait rester dans l'ombre, être appréciée à sa juste valeur et non pour le nom qu'elle porte. Bien évidemment elle ne pouvait nier qu'elle avait un nom qui faisait tiquer les gens et était fière de son nom car fière de son frère mais parfois c'est un fardeau et la jeune femme aimerait bien rester anonyme.


Sarah n'aimait pas les femmes et n'était pas prête de se laisser séduire par une femme. Elle savait qu'à New York on rencontre des gens, beaucoup de gens et notre attitude peut changer à la suite de ces rencontres. Mais le tout est de rester soi-même, de ne pas perdre de vue ses valeurs et tout devrait bien se passer. Tout du moins c'est comme ça que Miss Miltonfine voyait les choses. Elle n'allait pas se comporter en groupie face à Mike juste parce qu'il était connu, beau gosse et officiellement célibataire. Certes elle voyait qui il était et elle le trouvait fort charmant mais elle voulait aussi respecter son "anonymat" pour la soirée et n'allait donc pas se mettre à hurler son prénom sans but précis à part le faire remarquer. Non Sarah est discrète et n'est pas du genre à mettre la honte au jeune homme juste pour qu'il la remarque. Elle était devant lui, elle s'occupait même de sa consommation, c'était amplement suffisant.

Sarah avait sentit le regard de Mike sur elle mais elle n’avait pas relevé. D’une parce qu’il s’était montré discret et de deux parce que ce n’était pas déplaisant de savoir qu’il appréciait ses formes et son corps en général. Après tout quoi de plus flatteur que de sentir le regard de ce charmant et charmeur jeune homme sur elle ? Mais attention Sarah n’allait pas en jouer, elle ne ferait rien pour forcer son regard à se poser sur elle. Pas farouche pour autant elle se respectait et savait que si elle assurait un « spectacle » déballeur de son anatomie à Mike il ne serait certainement pas le seul à en profiter à en voir la fréquentation de la boite de nuit ce soir.

Une fois que Sarah eut rejoint Mike derrière elle prit place donc sur un tabouret et trinqua avec son compagnon pour la soirée. Elle ne pousserait pas le vice à lui faire du rentre dedans mais un sourire et un regard par ci et par là ne gênerait pas la jeune femme. Après tout elle était jeune, assez jolie alors quoi de plus naturel que de passer une bonne soirée en compagnie d’un homme des plus agréables et gentils et de s’amuser avec lui tout en faisant connaissance et peut-être plus si affinités.

Sarah comprit que ses paroles faisaient doucement rire Mike. Elle n’avait pas forcément pris de gants pour lui dire ce qu’elle avait à lui dire et forcément c’était assez embarrassant en fait. Elle aurait peut-être dû mesurer ses paroles mais finalement en voyant le sourire de Mike qui était le même depuis le début elle comprit qu’il ne la jugeait pas et que cette attitude ne l’avait pas choqué. Elle était comme ça et ce n’est pas New York qui allait changer Miss Miltonfine fidèle à ses valeurs, bien au contraire.

Alors qu’elle buvait quelques petites gorgées de son champagne, le téléphone de Mike sonna et il lut un texto qu’on venait de lui envoyer. Sarah ne prêta pas attention à ce message afin de ne pas paraître indiscrète. Elle se contenta de faire un sourire poli à un homme situé derrière Mike qui tentait vainement d’attirer l’attention de la belle. Il n’était pas du tout son style et en plus de ça elle était avec Mike même s’il semblait qu’il attendait un ami.

- Oh je suis désolée pour votre ami. Mais c’est avec plaisir que je vous tiendrai compagnie. Pour être sincère je n’ai pas envie d’aider mon collègue ce soir et puis vous êtes d’une compagnie bien plus agréable que lui ou les clients divers et variés.

Sarah eut un petit sourire malicieux quand son compagnon lui affirma qu’il était sûr qu’elle n’était pas du coin. Son accent avait peut-être dû la tromper ! Ou peut-être aussi sa façon de faire, de se comporter avec lui. Elle ignorait ce qui l’avait poussé à se rendre compte aussi rapidement que Sarah n’était pas une pure New Yorkaise.

- Comment faites-vous pour savoir ça ? Je ne suis effectivement pas de New York, je suis née à Boston mais j’ai vécu partout dans le monde : Espagne, France et Chine. Et vous ? J’ai un peu honte de l’admettre mais à part votre nom et votre visage je ne connais rien de vous… dit Sarah avec un sourire angélique avant de se lever et de se diriger vers un coin plus tranquille et moins assourdissant où ils pourraient parler tranquillement sans risquer d’être dérangés par fans et papparazzis.
Revenir en haut Aller en bas
Mike Anderson
Who am I really ?
Mike Anderson


Nombre de messages : 150
Job : Acteur
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 21/12/2007

VIP Index
Côté Coeur: Personne ne l'a touché, il est toujours intact !
Côté Lit: Les new-yorkaises sont mon plat préféré ... Un certain new-yorkais aussi d'ailleurs !
VIP Appeal:
Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Left_bar_bleue80/100Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty_bar_bleue  (80/100)

Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitimeMar 16 Sep - 23:40

C’était souvent comme ça entre les deux amis. Ils se donnaient rendez vous et y en avait toujours un pour planter l’autre pour des raisons aussi diverses que du boulot (surtout pour Antony), les filles, la flemme … Enfin bref, ces deux là se voyaient assez peu. Ce soir, l’un allait courir les filles tandis que Mike restait au Famous Hall, mais pas tout seul. La jolie Sarah se tenait à ses côtés, à discuter. Il fallait l’avouer qu’elle était très belle, naturelle en même temps et souriante. Bref, son genre de filles, pas du tout prétentieuse, charmeuse un petit peu mais point n’en faut. D’un côté ce n’était pas plus mal que son ami ne soit pas venu, les deux garçons auraient tenté de se faire mutuellement de l’ombre, c’était certain. Si Sarah voulait passer du temps avec lui, ce n’était pas l’acteur qui allait repousser la jolie fille qui s’était servi son verre et s’installa à ses côtés. Il la regarda s’asseoir et rien qu’à la manière de se conduire, elle n’était pas une new-yorkaise typique, ni même ce celles qui prirent rapidement le pli de se la jouer victime de la mode, toujours pressée, surbookée et prétentieuses. Qu’est ce qu’il pouvait avoir horreur de ce genre de nanas, il les évitait comme la peste même si parfois, cela lui arrivait de tomber dans les griffes d’une d’entre elle savant bien manipuler autrui. Dans ces cas là, difficile de résister et impossible de ne pas succomber. Ca n’avait pas du tout l’air d’être le cas de Sarah, l’acteur avait toujours un certain nez. Sûrement parce que lui-même n’était pas de la Big Apple et qu’on le lui répétait assez souvent.

Pourtant, il avait autant vécu au Kansas qu’ailleurs. Pourtant, il restait son implacable franchise, ce petit accent qui ne partait jamais bien loin, ce flegme, cette familiarité avec autrui et cette sympathie naturelle. Bien loin de ces coincés des grandes villes qui vous regardent de travers et que les rares personnes qui vous abordent en pleine rue ne sont jamais bien nettes. Il se souvenait lorsqu’il avait atterrit à L.A. il avait eu l’impression d’entrer dans un nouveau monde, il n’avait que 14 ans et les deux premières années, son manager l’avait presque empêché de sortir sauf pour tourner, pour bosser. Mais il fallait bien découvrir la vie et la ville lui avait ouvert les bras. Heureusement que c’était un garçon sérieux car il aurait pu rapidement dégénérer. Et après, à New York, il avait découvert la classe à l’état pur, les gens toujours tirés à quatre épingles (voire même huit ou douze), hautains et toujours pressés. Lui n’avait jamais pu prendre le pli, restait toujours égal à lui-même. Il n’y avait que lui dans son immeuble qui ne sortait pas en costard mais dans un t-shirt et un jean craqué, roulait dans une carcasse alors que tous avaient des Mercedes et autres luxueux modèles, préférait assister à un match de hockey plutôt qu’aux grands défilés. Enfin bref, il n’avait rien du new-yorkais et s’en amusait. Alors lorsqu’il rencontrait une fille de son genre, il n’hésitait pas à le lui dire, c’était un compliment pour lui.

Et il avait raison, elle ne venait pas de la Grosse Pomme. Comment il le savait ? Il n’y avait qu’à observer et puis voila. Il voulut lui expliquer après qu’elle lui fasse un aveu : elle ne le connaissait pas plus que cela. Son nom, son visage, sûrement le fait qu’il était acteur mais pas plus. Cela faisait un peu de bien de parler avec quelqu’un qui n’allait pas vous poser 36.000 questions à propos de votre nouveau film ou n’importe quoi d’autre. La jeune femme se leva et il comprit qu’ils n’allèrent pas rester au bar toute la soirée. Il y avait des coins un peu moins bruyants. C’était l’avantage des boîtes hyper VIP, il y en avait pour tous les goûts : les gens pouvaient danser toute la nuit, se prendre pour la star du comptoir ou alors s’asseoir dans les canapés cosys sur les côtés et pouvoir discuter sans pour autant se hurler dans les oreilles. L’acteur la suivit, en prenant les deux verres et slaloma au milieu de gens dont pas mal lui sourirent, l’ayant évidemment reconnu. Il était poli, fit un signe de tête tout continuant d’avancer. Il vit Sarah dégager gentiment une table un peu plus au fond. Qu’avait elle bien pu leur dire ? Oh, qu’importe il ne lui en voudrait même pas si elle s’était servie de la notoriété du garçon pour s’asseoir. Ils purent s’asseoir sur une belle banquette rouge moelleuse, avec vue sur la piste de danse. Posant les verres sur la table, Mike s’assit avec un petit sourire, voyant les anciens occupants de la table se retournant sur eux tout en se parlant à l’oreille. A son tour, il s’assit et se mit à sourire.


Je ne sais pas ce que vous leur avez dit mais ça a marché. Nous avons une jolie banquette et de la tranquillité !

Il but une gorgée de son verre avant de le reposer et regarder les gens se déhancher sur les derniers titres à la mode. Il y avait foule ce soir, les gens avaient bien du mal à faire de grands mouvements, c’était plutôt du collé-serré, facile pour emballer quelqu’un ce soir. Il y en avait pleins qui ne rentreraient pas seuls et tant mieux pour eux. Pour l’acteur, il ne savait pas encore l’issue mais en tout cas il passait un agréable moment et tenait à lui répondre.

Pour tout à l’heure, je voulais dire que j’ai le nez pour reconnaître ceux qui ne sont pas d’ici. Bien que Boston ne soit pas très loin, vous avez été élevé bien loin de tout ça. Comme moi en fait.

Il but une gorgée de son verre avant de se ressaisir.

Je viens pas de Boston, je viens de la campagne, au beau milieu du Kansas. Le genre de village où tout le monde se connaît et la plus grande ville est à une heure de route. Et faut pas avoir honte de ne pas me connaître, ça change un peu que les gens me sautent dessus, prêts à réciter des dialogues de films … Tu sais quand même que je suis acteur ? On peut se tutoyer ? Je trouve ça quand même mieux surtout si tu me tiens compagnie toute la soirée !

Il lui fit un très charmant sourire avant de finir son verre. Tutoyer une jeune femme était déjà un premier pas vers le reste de quelque chose qui pourrait être plus intéressant … Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Empty
MessageSujet: Re: Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]   Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Are You Really Who You Really Are? [Mike Anderson]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK VIP :: ♦ NORTH NEW YORK ♦ :: THE FAMOUS HALL-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser